«

»

Imprimer ceci Article

L’âge du digital – S’adapter pour survivre

« Thriving in the age of digital disruption » était le thème choisi par l’IMD (1) pour son dernier Executive Forum qui s’est tenu au siège de TOTAL. Pour Christine Halliot qui nous accueillait, nouvelle responsable des programmes Management du Groupe TOTAL, l’IMD est un partenaire historique et majeur.

Le digital, menace et opportunité

Pour Gilles Cochevelou, le Chief Digital Officer de TOTAL: « Avant d’être technologique, la transformation digitale est sociétale, culturelle et humaine ». Pour lui, les deux mots clés sont « plateforme » et « Data ». Chaque entreprise doit en effet s’interroger sur la nouvelle plateforme –de type Uber- qui serait susceptible de mettre à mal son groupe. Simultanément, l’entreprise doit chercher quelle plateforme créer pour développer le Business dans ce nouveau monde. La deuxième grande question que toute entreprise doit se poser est celle de la valorisation de ses données.

S’adapter ou mourir

Selon le Dr. Tawfik Jelassi, Professeur de stratégie et management des technologies à l’IMD, le changement s’accélère rapidement avec le Big Data, le Cloud et les réseaux sociaux, alors que la vitesse d’adaptation des organisations ne suit pas le même rythme. Darwin aurait pu le dire : « La transformation digitale apparaît comme la réponse pour réduire l’écart entre la vitesse d’adaptation actuelle et celle qui est nécessaire pour survivre. » Oser dire: s’adapter ou mourir, n’a rien d’excessif, quand on observe que parmi les 10 premiers groupes d’informatique mondiaux d’il y a dix ans, plus aucun n’existe aujourd’hui.
Chaque jour apporte de nouveaux exemples d’entreprises et d’industries « disruptées » par le digital. Airnb, avec ses 1 700 000 chambres à louer dans le monde a dépassé, en quelques années et sans aucun actif immobilisé, les plus grands groupes hôteliers centenaires. Walmart, géant historique de la grande distribution, vient d’être relégué à la troisième place par Amazon. Alibaba, l’Amazon chinois, poursuit l’exploit.
Contrairement à Kodak qui a quasiment disparu, alors que son concurrent Fujifilm s’est totalement ré-inventé dans le domaine de l’imagerie médicale, GE a totalement revu son Business Model pour survivre. Avec ses capteurs installés sur les machines de ses clients, GE améliore leurs performances et partage les gains avec eux. La maintenance préventive, basée sur les Data de ses clients, leur fait économiser des millions de dollars.
Sous la houlette de Philippe Sauquet, membre du Comité exécutif, le groupe TOTAL suit le même chemin. Sa nouvelle vision est le fruit d’un travail collaboratif impliquant dix mille salariés, sur les cent mille que compte le groupe. L’ambition est de devenir « la Major de l’énergie responsable, avec une énergie fiable, abordable, sûre et propre ». L’activité gaz et énergies renouvelables qu’il préside constitue un levier essentiel pour réduire les émissions de CO2 et lutter contre le charbon.
Dans le domaine digital, TOTAL rattrape rapidement le peloton de tête, passant de la 22ème à la 7ème place du classement des Echos en matière de collaboration avec les Start-up. Avec ses initiatives de Lab Booster à La Défense, de Smart Rooms aux Pays-Bas ou de maintenance prédictive dans ses installations, grâce à leurs jumeaux numériques, les gains commencent à s’additionner sérieusement.

L’apport incontournable des Start-up

La table-ronde qui réunissait les créateurs de DC Brain, de Yoomap et de Kleen,  a montré comment TOTAL accélère en s’appuyant sur ces Start-up et soutient l’intraprenariat. Sophie Vergne, salariée de TOTAL a ainsi pu se lancer dans l’aventure en créant KLEEN, qui est hébergée dans le start up studio Yoomap, et ambitionne de devenir le leader européen avec sa plateforme de stations de lavage.  Avec Yoomap, Mathieu Lafaye organise des challenges « Open Innovation » internes pour détecter les meilleures idées et favoriser leur réalisation. Ainsi sont encouragés les programmes d’intraprenariat de TOTAL.
La capacité d’innovation, l’agilité et l’aptitude à prendre des risques des Start-up viennent compléter les forces indispensables de l’entreprise traditionnelle, appuyée sur sa base clients.

Pour la majorité des entreprises « qui sont sous-dirigées et sur-managées » selon le Dr. Jelassi, il s’agit de rendre le Top Management ambidextre, avec des structures duales permettant d’exécuter et d’innover simultanément. Explorer et  exploiter simultanément, en termes pétroliers.

Miser sur l’intergénérationnel

En regardant les « Teen Millionnaires » de la Silicon Valley, on découvre des jeunes de treize ans, développeurs de nouvelles applications à succès pour Apple et d’autres géants du Net. Engagés dans leur ouvrage avec passion, ces très jeunes collaborateurs sont de moins en moins différents des jeunes volontaires qui s’engagent dans l’humanitaire. Il faut savoir les animer. C’est un public et un exercice nouveaux pour les Leaders d’aujourd’hui. C’est là tout l’art du management intergénérationnel (2), discipline d’avenir du management.
En écoutant les témoignages d’anciens impliqués dans le programme de Reverse Mentoring, on réalise la richesse inestimable de ce processus moderne d’apprentissage mutuel entre générations. Dans ce domaine aussi, TOTAL montre la voie.

Canadien et Français, expert de l’interculturel et de l’intergénérationnel depuis 20 ans dans 36 pays, Marc est le président-fondateur de l’Observatoire du Management InterGénérationnel www.omig.fr . S’appuyant sur l’étude ‘management intergénérationnel’ auprès de 200 entreprises pour Les Echos Etudes, Marc et son équipe de consultants d’InterGenerationnel, de nationalités différentes, forment les managers, les seniors et les jeunes, à travailler en équipe multi-générationnelle et multiculturelle de manière efficace. Ils permettent aux dirigeants d’identifier les compétences à transmettre et d’installer une culture de la transmission des compétences et des savoirs à tous les âges.

(1)    IMD est l’une des meilleures Business School, basée à Lausanne,  avec 100 000 diplômés, managers et dirigeants répartis dans 140 pays www.imd.org

(2)    « Le management intergénérationnel » Les Echos Etudes Eurostaf http://www.eurostaf.fr/fr/catalogue/etudes/sectorielles/management/management-intergenerationnel.html

A propos de l'auteur

Marc Raynaud

Président fondateur de l’OMIG (www.omig.fr). Français et canadien, Marc est consultant-expert en management intergénérationnel. Fondateur de InterGénérationnel© (www.intergenerationnel.fr), Marc combine un expertise de plus de 20 ans en management interculturel précédée d’une expérience de 10 ans comme manager puis directeur général de filiale dans de grandes sociétés telles que Air Canada, Bell Canada et Alcan. Conférencier et consultant dans 20 pays, Marc favorise la coopération et le rapprochement d’équipes, de managers et d’experts de générations et de cultures différentes. Il aide leurs dirigeants à prendre en compte la nouvelle donne générationnelle, à adapter leur entreprise et à mettre en place un mode de management plus efficace, innovant, en phase avec les évolutions de la société. Pour contacter Marc Raynaud : marc.raynaud@omig.fr

Lien Permanent pour cet article : http://www.omig.fr/blog/2017/03/lage-du-digital-sadapter-pour-survivre/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *